Partagez votre opinion sur les films!

Google Translate
Google Translate

A propos de #Enfant?

Avant la construction des nouveaux murs sur la plage, entre San Diego et Tijuana, la rangée de barreaux en acier était un point de rendez-vous pour les personnes des deux côtés de la frontière. Pour ceux qui n'avaient pas les papiers nécessaires pour traverser, c'était le seul moyen d'avoir un contact, ne serait-ce que limité, avec leur famille installée en Amérique. De part et d'autre de la frontière, des mexicains installaient des chaises de jardin sur le sable, et pouvaient se parler à travers les barreaux de la barrière. Ils y échangeaient les dernières nouvelles, partageaient des douceurs et des tamales encore chauds, enveloppés dans du papier alu. Et passaient tant bien que mal les doigts entre les barreaux pour caresser les joues des petits de l'autre côté de la barrière. "J'ai vu des personnes présenter leurs petits-enfants aux grands-parents ici" explique le révérend John Fanestil, qui donnait à l'époque la communion à travers les barreaux de la barrière.
En savoir plus

Avant la construction des nouveaux murs sur la plage, entre San Diego et Tijuana, la rangée de barreaux en acier était un point de rendez-vous pour les personnes des deux côtés de la frontière. Pour ceux qui n'avaient pas les papiers nécessaires pour traverser, c'était le seul moyen d'avoir un contact, ne serait-ce que limité, avec leur famille installée en Amérique. De part et d'autre de la frontière, des mexicains installaient des chaises de jardin sur le sable, et pouvaient se parler à travers les barreaux de la barrière. Ils y échangeaient les dernières nouvelles, partageaient des douceurs et des tamales encore chauds, enveloppés dans du papier alu. Et passaient tant bien que mal les doigts entre les barreaux pour caresser les joues des petits de l'autre côté de la barrière. "J'ai vu des personnes présenter leurs petits-enfants aux grands-parents ici" explique le révérend John Fanestil, qui donnait à l'époque la communion à travers les barreaux de la barrière.

Il y avait aussi des enfants à la barrière de Ceuta, mais leurs parents voulaient pouvoir leur offrir davantage que quelques caresses sur la joue et des caramelos. Ils voulaient leur offrir une vie européenne. En Septembre 2005, 500 Africains ont pris la barrière d'assaut. Au milieu du vacarme médiéval - les cris, les balles, le bruit métallique des chaînes - certains ont dit avoir entendu les pleurs d'un bébé que l'on faisait passer par dessus la clôture. Au lever du jour, cinq Africains furent retrouvés morts, à la barrière. Certaines rumeurs disent que le bébé figuraient parmi les morts, mais personne ne saurait le confirmer avec certitude.

Auteur canadien, Marcello Di Cintio raconte ses voyages aux frontières fortifiées du monde entier dans son livre Walls: Travels Along the Barricades.
Masquer l'info